Aloe Avenir

Aloe Avenir

La Vitamine A (Rétinol)

Définition

La vitamine A ou Rétinol est une vitamine liposoluble et hydrophobe. Dans l’organisme elle existe sous forme de rétinol, de rétinal, d’acide rétinoïque, et de rétinyl phosphate. Ces différentes molécules sont altérer par l’oxygène de l’air, et cette altération est amplifiée par la lumière et la chaleur. Sa formule chimique est C20H30O. Elle est utilisée par l’organisme pour la vision et la peau. Elle est créée à partir des ester de rétinol et des caroténoïdes. Cette vitamine est absorbée par l’intestin grâce à la graisse et aux sels biliaires. Elle est stockée principalement dans le foie.

 

 

Apport et Synthèse de la Vitamine A

L’apport de vitamine A dans l’organisme peut être de 2 natures différentes :

Végétale : On retrouve cette source grâce aux différents végétaux qui en contiennent (carottes, légumes, fruits…) on parle alors de caroténoïdes. Les caroténoïdes sont une famille de nutriments qui compte plus de 600 composés différents, mais dont seule une dizaine ont la propriété de donner de la vitamine A. Les caroténoïdes passent dans l’organisme par l’intestin et sont transformés en rétinol utilisable par le corps humain. Le β-carotène est le plus connu des caroténoïdes et c’est aussi le plus facile à transformer par notre organisme.

 

Animale : La vitamine A peut aussi être d’origine animal (foie, graisses animales, jaunes d’œuf…) on parle alors d’ester de rétinol. Les esters de rétinol sont transformés en rétinol dans l’intestin par un processus de transformation grâce aux enzymes du pancréas. La vitamine A qui en résulte est alors biologiquement active et peut être directement utilisée par l’organisme.


 

 

La Provitamine A

Le β-carotène est aussi appelé provitamines A car de par sa composition et sa structure chimique, cette molécule est très proche de la composition et de la structure de la vitamine A. Lorsque l’organisme manque de vitamine A, le foie peut en synthétiser par transformation enzymatique de la provitamine A, palliant ainsi au manque. Le taux de transformation est de 1/6, il faut donc 6 µg de β-carotène pour synthétiser 1 µg de rétinol. C’est d’ailleurs à cette molécule de β-carotène que l’on doit la couleur orange des carottes. On peut également citer d’autres caroténoïdes importants comme la Lutéine. Avec une structure chimique tout aussi similaire au β-carotène, c’est tout naturellement que le corps peut s’en servir également à la synthèse de la vitamine A. C’est un puissant antioxydant que l’on trouve abondement dans les divers fruit et légumes que l’on consomme chaque jour (maïs, carotte, épinard…). 


 

La Vitamine A dans l'Organisme

Une fois ingéré par l’organisme, la vitamine A et les caroténoïdes vont suivre le même traitement que les micronutriments liposolubles. Dans l’estomac, Ils vont subir une dissolution avant de passer dans l’intestin. Les formes libres de vitamines et de caroténoïdes vont être absorbés par la muqueuse intestinale. En revanche, les formes estérifiées tel que l’esters de retinyl seront d’abord hydrolysés soit dans l’estomac grâce à l’action enzymatique des lipases, soit dans le duodénum par l’hydrolase d’ester de cholestérol et par la lipase pancréatique. Pendant ce processus de digestion, les vitamines liposolubles et caroténoïdes sont mélangées avec d’autres lipides et incorporés dans des micelles, une étape nécessaire à leur assimilation par les entérocytes. Le rétinol est ainsi absorbé à hauteur de 70% à 100%. Les caroténoïdes quant à eux sont, absorbés à hauteur de 3 à 90%. Cet écart fulgurant dans le taux d’absorption des deux molécules s’explique par le fait que cette méthode de transport spécifique est plus adaptée pour l’assimilation rétinol (30% d’absorption en 1h) qu’elle ne l’est pour celle des caroténoïdes (5% d’absorption en 1h). Une méthode par transporteurs non-spécifiques est donc beaucoup plus viable à l’absorption des caroténoïdes. C’est justement le cas des glycoprotéines transmembranaires que l’on trouve dans les entérocytes, capable de lier les lipoprotéines, et qui favorisent l’entrée sélective de certains ligands.

 

Une fois capté par l’entérocyte, le rétinol est estérifié par deux enzymes transférase (le LRAT, et l’ARAT). Après cette absorption entièrement effectuée, une partie des caroténoïdes n’est pas métabolisé (jusqu’à 40% de l’apport alimentaire). Une partie des caroténoïdes et du rétinol est clivé dans la rétine par une protéine cytoplasmique. Comme on l’a déjà vu, un caroténoïde peut théoriquement donner 2 molécules de rétinol, lui valant ainsi une action de provitamine A. Il y a cependant une condition, il faut pour cela que le caroténoïde possède au moins 1 anneau à ions β et 1 groupement méthyl approprié dans sa chaîne propyle. C’est le cas par exemple du β-carotène donnant théoriquement 2 molécules de rétinol. Dans les faits, certain caroténoïde comme l’α-carotène ou le β-cryptoxanthine ont un taux de conversion de l’ordre de 30 à 50 %.

 

Pour le transport intracellulaire du rétinol, le corps humain fait appel à des protéines spécialisées qui vont se charger de lier le rétinol dans les tissus. Ces protéines solubles jouent aussi un rôle important dans l’absorption du rétinol par l’intestin, mais aussi dans l’ensemble du métabolisme de la vitamines A. En ce qui concerne les caroténoïdes, il s’agit d’une protéine de liaison spécifique présente dans la rétine (ligand-lutéine). Les protéines de liaison aux acides gras (FABP) peuvent également jouer un rôle important dans le transport intracellulaire des caroténoïdes puisqu’ils peuvent agir sur un large panel. Le FABP du foie et le FABP de l’intestin présentent une liaison a forte affinité avec les acides gras à chaine longue. Ils interviennent directement dans le métabolisme des caroténoïdes en permettant ainsi un trafic spécifique de leurs ligands.

 

Dans le corps humain, c’est notre foie qui possède le rôle de stockage du rétinol et des caroténoïdes, avec un taux de stockage de 95%, les 5% restant étant redistribués entre la rétine et la peau. Le sang a une concentration de rétinol de l’ordre de 0,3 mg/l, alors que celle des caroténoïdes avoisine les 0,8 à 1,2 mg/l. La vitamine A est une vitamine importante qui a divers effets positifs sur le corps. De même, les caroténoïdes, participent eux aussi aux fonctions de l’organisme :

  • Le rétinol participe à la formation de la photopile des cellules nerveuses de l’œil, et dans la formation des pigments visuels de l’œil.
  • La vitamine A stimule des défenses immunitaires de l’organisme
  • Elle participe à la croissance et à la différenciation cellulaire.
  • Elle entre également en jeu dans la reproduction et favorise la fertilité.
  • Les β-carotènes peuvent neutraliser les radicaux libres en synergie avec la vitamine C et E.
  • Elle participe à l’hydratation de la peau et des muqueuses
  • Elle participe à la croissance des os.
  • Aide à la régulation du système nerveux
  • Stimule la production de Mélanine (pigment de la couleur de la peau)
  • Elle améliore l’absorption du Fer par l’organisme.

Une supplémentation en vitamine A est conseillée pour les femmes allaitantes. En effet, une femme qui allaite aura besoin d’un apport important en vitamine A, et l’alimentation ne couvre pas toujours les besoins requis par jour. Il est donc conseillé de surveiller cet apport durant toute la période d’allaitement pour garantir à l’enfant un apport maximum de vitamine A.

 

La vitamine A et le β-carotène ont également des effets anti-cancer. La consommation régulière de vitamine A réduit les risques de plusieurs cancers tels que le cancer de la bouche, du larynx, de l’œsophage, des poumons, du col de l’utérus, du sein, de la peau, et de la prostate. Néanmoins, ses effets de prévention du cancer de la peau, du col de l’utérus, et du sein reste modeste. Le β-carotène à des effets anti-carcinogènes, il protège l’ADN des radiations et des dommages causés par des substances toxiques.


 

Les Carences et les Excès de Vitamine A

Dans les pays occidentaux, une véritable carence en vitamine A n’est possible qu’après une longue période sans apports réguliers. Bien souvent, il s’agit d’un petit manque de vitamine A qui peut être rapidement comblé en équilibrant d’avantage notre alimentation. Cependant une carence marquée en vitamine A peut avoir des effets très néfastes :

  • Sur la vision la carence provoque une baisse de la vision nocturne, une conjonctivite, une cécité (mortelle en cas de carence prolongé) visible à la peau desséchée et pale, et une photophobie.
  • Il peut y avoir des troubles de la croissance et de la reproduction (Infertilité…)
  • Des lésions cutanées (hyperkératose)
  • Une fragilisation de l’émail des dents (Caries dentaires)
  • Une vulnérabilité accrue aux infections
  • Des troubles digestifs (diarrhées)
  • Des calculs rénaux

A l’inverse, la surdose de vitamine A peut elle aussi être très dommageable. En effet, à dose trop importante le rétinol devient toxique pour l’homme. Le corps se débarrasse difficilement des surplus de rétinol, et la prise en excès de vitamine A conduit aux effets suivants :

  • Maux de tête
  • Nausées
  • Douleurs abdominales
  • Chutes de cheveux
  • Fatigue
  • Problèmes osseux
  • Dommages au foie

 

Une précaution particulière concerne les femmes enceintes, car bien que la vitamine A soit utile pour la reproduction, un excès trop important peut endommager le fœtus. Il leur est donc conseillé de ne pas consommer de foies ou d’huiles de foie pendant les 3 premiers mois de la grossesse.

 

Certaines pilules contraceptives augmentent la transformation de bêta-carotène en rétinol. Les femmes prenant ce moyens de contraception doivent donc faire attention à ne pas être en excès de vitamine A.

 


 

Les Apports Recommandés en Vitamine A

Le rétinol qui est apporté par l’alimentation (animale ou végétale) est réestérifié dans l’intestin par les acides gras. Puis il est stocké dans le foie. Le corps peut alors puisé dans ses réserves tant qu’il le souhaite. Lorsque les cellules ont besoins de vitamine A, les esters de rétinol sont transformé en rétinol et acheminés par le sang grâce à la RBP, une molécule de transport. La vitamine A étant insoluble dans l’eau, la RBP l’a protège des dommages chimique et biologique. Une fois la vitamine A arrivé à la cellule, elle est prise en charge par la CRBP qui la réceptionne pour ensuite l’utiliser.

Les apports recommandées en vitamine A sont de :

  • 0,4 à 0,5 mg pour un enfant de 0 à 6 ans
  • 0,6 à 0,9 mg pour un enfant de 0 à 13 ans
  • 0,9 à 1 mg µg pour un adolescent
  • 0,8 mg pour une femme adulte
  • 1,1 mg pour un homme adulte
  • 1 mg pour une femme enceinte
  • 1,3 à 1,4 mg pour une femme qui allaite

 

La Vitamine A dans l’Alimentation

La vitamine A se retrouve principalement dans les huiles de poissons et foie animal. La provitamine A est quant à elle concentrée dans les fruits et légumes. On estime que 10 à 20% des apports en vitamine A (alimentaire) n’est pas absorbée par l’organisme et que 20 à 60% de la vitamine A absorbé est dégradée et éliminé. On absorbe donc 80 à 90% du rétinol d’origine animal contre 50 à 60% des carotènes.

 

Provitamine A

Vitamine A

Aliment

Teneur (mg/100 g)

Aliment

Teneur (mg/100 g)

 

 

 

 

 Huile de palme rouge

180

 Huile de flétan

200

 Piments rouges secs

46.2

 Huile de foie de morue

180

 Paprika

36.4

 Huile de foie de requin

178,2

 Pomme de terre douce

28,2

 Huile de foie de thon

150

 Carottes fraîches

12

 Foie de dinde

33

 Oseille

11

 Foie de veau

25

 Abricots secs

8,5

 Foie de Boeuf

16

 Navet

7

 Foie de Poulet

7

 Carottes crues

6,6

 Margarine

0,9

 Cerfeuil

6,2

 Beurre

0,7

 Persil

5

 Œufs Frais

0,5

 Epinards crus

4,9

 Poisson

0,02 à 1

 Jaune d’œuf

2

 Fromage

0,06 à 0,1

 Laitue

1

 

 



14/05/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 261 autres membres